samedi 17 octobre 2020

La mort programmée de l’industrie française d’armement exportatrice

   |  | 

Frégate de défense et d'intervention : le drame grec
Frégate de défense et d'intervention : le drame grec (Crédits : Naval Group)
Quatre forces puissantes pourraient faire s'effondrer l'industrie de défense française, dont le modèle économique est basé sur l'exportation. Une tribune par Vauban, qui regroupe une vingtaine de spécialistes des questions de défense.

La chronique de l'industrie de défense de ces derniers mois illustre à merveille le mot du Roi Lear de Shakerspeare : "C'est un malheur du temps que les fous guident les aveugles." Personne, en effet, ne semble mesurer à quel point l'action de quatre forces puissantes va entraîner la mort cérébrale de l'industrie d'armement exportatrice.

(...) Lire la suite sur "La Tribune"

vendredi 16 octobre 2020

Gendarmerie : Vers un « GIGN 3.0 », avec un effectif de 1000 militaires

 PAR  · 8 OCTOBRE 2020

jeudi 15 octobre 2020

FENECH SECURITY TALK : LA JUSTICE EST-ELLE INDÉPENDANTE ?


Animé par Georges Fenech

Octobre 2020

Invités :
Caroline Grima, avocate pénaliste au Barreau de Pontoise
Philippe Bilger, Avocat général Honoraire à la Cour d’Assises de Paris, Président de l’Institut de la parole

Une avocate et un magistrat débattent sur les questions d’actualité qui agitent le monde judiciaire depuis la nomination du célèbre avocat Eric Dupont-Moretti à la place Vendôme.

Le Parquet doit-il être totalement indépendant du Garde des Sceaux ?
Que signifie « indépendance » sans neutralité du juge mise à mal depuis l’affaire du « mur des cons » ?
La justice remplit-elle ses missions avec les moyens nécessaires ?
Quelles réformes sont souhaitables pour retrouver la confiance en la Justice ?

Une émission Agora Médias
Editeur pour Agora Médias : Michaël Lejard

mercredi 14 octobre 2020

Radicalisation, du risque à la prévention : enjeux politiques, enjeux de société, enjeux éducatifs

Un colloque pour comprendre et pour prévenir 

Ce colloque tenu le 24 janvier 2020, dans l’amphithéâtre Paul Ricœur du lycée Dupuy de Lôme à Lorient, a été co-organisé par Marie-Françoise Breton, Marie-Françoise Couvenhes et Alain Houlou, avec le soutien de l’AMOPA national (Association des membres de l’Ordre des Palmes Académiques), de la section morbihannaise de l’AMOPA, du Carrefour des Humanités Paul Ricœur, association loi de 1901 ayant pour mission l’organisation de conférences de géopolitique, de culture générale et scientifique, de l’IHEDN-AR5 (Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale - association régionale Bretagne occidentale), de Lorient Agglomération et du lycée Dupuy de Lôme de Lorient, lieu d’accueil du colloque.

Alain Houlou est président de l'AR5 - IHEDN.

Télécharger ici le compte-rendu résumé de ce colloque.

mardi 13 octobre 2020

La nouvelle réglementation drone européenne


réglementation drone européenne


Le 15 septembre dernier, la DSAC a animé un webinaire et publié deux guides (1 et 2) sur la future réglementation drone européenne qui entrera en vigueur le 31 décembre 2020. Le changement majeur par rapport à l'actuelle réglementation nationale est la suppression de la distinction télépilote de loisir et télépilote professionnel. Désormais, tous les propriétaires de drones, du photographe aérien professionnel à l'étudiant qui se film dans son jardin, devront respecter les mêmes règles.

 

Nouvelles catégories, nouvelles formations et nouveaux drones ! Certains drones ne pourront plus être utilisés s'ils ne sont pas marqués d'une classe européenne, ce qui inquiète de nombreux télépilotes. Pour un récapitulatif détaillé, retrouvez notre infographie ci-dessous 👇 et notre article ICI.

 

lundi 12 octobre 2020

Notre revue DÉFENSE se penche sur le sujet des Femmes dans la défense

Parution cette semaine du hors-série 2020 de Défense sur le thème Les femmes dans la défense.



Sortent-elles enfin de l'ombre comme semble le suggérer, en couverture, la célèbre Athéna de Rembrandt, figure tutélaire des associations d'auditeurs et de l'IHEDN ?

Défense vous propose l'avis de "décrypteurs" : haut fonctionnaire à l'égalité des droits au ministère des Armées, historiens, sociologue, syndicalistes de la défense, journaliste, industriel...

Suivent des témoignages de femmes, à la fois exclusifs et exceptionnels par leur niveau et par leur variété d'expériences et de situations : une chef d'Etat en exercice, une députée européenne, une diplomate, des industrielles, des militaires, des chercheures (notamment de l'IHEDN), la présidente de l'association IHEDN/Femmes, une aumônier militaire, la DRH de l'Armée de terre britannique et un regard d'expert sur les femmes militaires aux Etats-Unis.

Ce numéro à conserver s'inscrit dans une histoire qui est la nôtre et qui ne s'écrit pas tout naturellement. C'est à nous de tirer les enseignements de ce que ces autrices et auteurs nous disent aujourd'hui de la place des femmes dans la défense.

dimanche 11 octobre 2020

Contribution territoriale au continuum de sécurité : présentation officielle de l'ouvrage

C’est à l’Ecole Nationale Supérieure de la Police, en présence de son directeur M. William Marion, qu’a été présenté officiellement lundi dernier le premier ouvrage collectif d’une « Contribution territoriale au continuum de sécurité », dont nous sommes partenaire.

A la tribune, Jean-Baptiste Jusot, David Hornus, le directeur Marion, le commissaire Moscatello.



Préfacée par Mme Alice Thourot, députée de la Drôme et co-rapporteur du rapport parlementaire sur le « continuum de sécurité », et postfacé par M. Gérard Collomb, ancien ministre de l’intérieur, cet ouvrage recueille les apports d’une vingtaine de contributeurs issus des mondes institutionnel, professionnel et de l’enseignement supérieur.

Vous y trouverez le point de vue de notre secrétaire général et vice-président Rhône J-Christophe Beckensteiner.


Cet ouvrage est téléchargeable librement ici www.continuum-securite.fr  

Un second ouvrage est en préparation, avec d’autres intervenants.





Le groupe des contributeurs, de G à D, Jean-Baptiste Jusot, interviewer et rédacteur ; David Hornus, président de Corpguard, instigateur ; Alexandra Le Gall ; J-Christophe Beckensteiner ; Karine Roudier ; Patrick Aujogue ; Patrice Verchère ; Xavier Pierrot ; Commissaire divisionnaire Laurent Moscatello, notre hôte.

 


samedi 10 octobre 2020

La crise sanitaire comme levier d’opportunités

Vue au salon professionnel Security&Safety meetings de Cannes il y a quelques jours, la société Azur Drones, leader européen du drone autonome, membre de l'AN2V, annonce il y a quelques semaines avoir finalisé une nouvelle levée de fonds auprès d’un investisseur privé français. Le groupe a ainsi levé près de 25 millions d’euros en à peine 4 ans.

Cette nouvelle levée de fonds contribuera à poursuivre le déploiement du drone autonome SKEYETECH en France et à l’international, soutenu par une demande croissante dans le contexte Covid-19.

« La pandémie a mis en évidence un besoin d'automatisation et d'introduction des nouvelles technologies pour garantir la continuité des activités industrielles et limiter l’exposition des agents lors des interventions humaines. La crise économique qui en découle impose également aux entreprises et aux états d’optimiser leurs dépenses indirectes en tirant profit des technologies complémentaires aux dispositifs humains. Notre solution SKEYETECH s’inscrit pleinement dans cette logique et nous nous réjouissons de cette levée de fonds qui va nous permettre d’honorer un portefeuille de commandes en croissance constante. » explique Jean-Marc CREPIN, Président d’Azur Drones.

Dédié à la surveillance des sites sensibles et industriels, le drone autonome SKEYETECH développé par Azur Drones, a été conçu pour être opéré directement par un agent de sécurité. Il ne nécessite en ce sens, aucune compétence préalable, ni certification de télépilote. Le drone s’intègre directement dans le dispositif de sécurité existant pour effectuer des levées de doutes, des rondes périmétriques ou assister les équipes de sécurité en cas d’intervention. Il permet ainsi de renforcer le niveau de sécurité et sûreté des installations tout en rentabilisant les coûts associés à ces opérations.


En savoir plus sur le drone SKEYETECH


À propos d’Azur Drones 

Fondé en 2012, Azur Drones est aujourd’hui un des leaders mondiaux du drone autonome de surveillance. La société a développé le système SKEYETECH, une solution brevetée de drone sans télépilote conçue pour diminuer les risques sur les sites sensibles et industriels. Entièrement intégré au dispositif de sécurité existant, SKEYETECH est opérationnel 24h/24 7j/7 pour réaliser des missions de levées de doutes et des rondes périmétriques. C’est aujourd’hui le premier et unique drone autonome homologué en Europe, preuve du haut niveau de fiabilité et de sécurité de SKEYETECH.

Azur Drones s'est associé en juillet avec AXIS, leader de la vidéo IP, pour mettre au point cette solution de surveillance exceptionnelle.

Basé à Bordeaux, Paris et Dubaï, Azur Drones collabore avec les plus grands donneurs d’ordres nationaux et internationaux. Elle a également noué des partenariats stratégiques avec des leaders mondiaux de la sécurité.

Plus d’informations sur : www.azurdrones.com

À propos d’Axis Communications

En concevant des solutions réseau qui améliorent la sécurité et permettent le développement de nouvelles façons de travailler, Axis contribue à un monde plus sûr et plus clairvoyant. Leader de la vidéo sur IP, Axis propose des produits et services axés sur la vidéosurveillance, l’analyse vidéo, le contrôle d’accès et les systèmes audio. L’entreprise emploie plus de 3000 personnes dans plus de 50 pays et collabore avec des partenaires du monde entier pour fournir des solutions clients adaptées. Axis a été fondée en 1984, son siège est situé à Lund en Suède.

Plus d'information sur : https://www.axis.com/fr-fr


vendredi 9 octobre 2020

Entre défense et innovation, quelle volonté de puissance des Etats ? Etude des budgets de la défense et des dépenses en R&D de l’Europe géographique, Chine, Inde, Etats-Unis et Canada


Par Amandine MEDARDElena RONEYJeanne FOURQUIER, le 23 septembre 2020  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Jeanne Fourquier, Amandine Médard, et Eléna Roney ont réalisé un stage à la rédaction du Diploweb.com à la fin de leur année d’Hypokhâgne (LSH) à la CPGE Blomet (Paris) où elles poursuivent leur cursus en Khâgne.


La plupart des pays d’Europe géographique consacrent entre 1% et 3% de leur budget à la défense. Parmi les pays étudiés, seuls l’Ukraine, les Etats-Unis, l’Azerbaïdjan, la Russie et l’Arménie dépassent les 3% dans ce domaine. 
Les différents espaces de cette carte ont tous une approche singulière de la puissance et par conséquent de leur budget consacré à la défense et à la R&D. Les comparaisons permettent de comprendre la singularité de chacun.

Cette carte permet d’observer au sein des pays de l’Europe géographique, du Canada, des Etats-Unis, de l’Inde et de la Chine, les parts du budget des Etats consacrées à la défense et à la Recherche et au Développement (R&D) en pourcentage du PIB en 2018.

Entre défense et innovation, quelle volonté de puissance des Etats ?
Carte. Entre défense et innovation, quelle volonté de puissance des Etats ? Etude des budgets de défense et de la R&D de l’Europe géographique, Chine, Inde, Etats-Unis et Canada
Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte. Conception et réalisation : Jeanne Fourquier pour Diploweb.com

La suite sur DIPLOWEB

mercredi 7 octobre 2020

La STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE DE DÉFENSE (RAPPORT DU MINISTÈRE DES ARMÉES)



Cette stratégie a pour objectif de faire de la transition énergétique un atout opérationnel pour les armées. Le ministère s’engage ainsi à consommer sûr, mieux et moins pour conserver l’autonomie dont il a besoin et accroître son efficience et ses capacités de résilience.

Son ambition est de réduire la dépendance aux produits pétroliers et de s’adapter à la transition énergétique en intégrant les nouvelles technologies de l’énergie et les carburants de rupture. La maîtrise et l’optimisation des consommations permettra au ministère de réduire son empreinte environnementale.

La maîtrise de la consommation se fera notamment en développant une culture de la sobriété énergétique et en intégrant des exigences d’écoconception et d’efficacité énergétique aux programmes d’armement.

Pour symboliser cette stratégie, le Service des essences des armées (SEA) devient le Service de l’énergie opérationnelle (SEO). Il œuvrera aux côtés de la nouvelle division dédiée à l’énergie au sein de l’État-major des armées (EMA). Une gouvernance robuste et spécifique sera mise en œuvre pour accroître la coordination et répondre de manière transverse aux nombreux enjeux du domaine énergétique. Le Service d’infrastructure de la défense (SID) est également pleinement mobilisé dans cette nouvelle dynamique.

A lire sur THEATRUM BELLI.

lundi 5 octobre 2020

INTERVIEW DU PRÉSIDENT DU GES DANS INFORMATIONS ENTREPRISES

 Rencontre avec le président du groupement des Entreprises de la Sécurité privée (GES), Frédéric Gauthey.

Profession réglementée depuis 1983, la sécurité privée s’organise en unissant les forces de ses plus fervents acteurs-défenseurs. A l'heure où PROSEGUR sécurité est rachetée par le groupe FIDUCIAL, cet interview est particulièrement d'actualité.

Depuis les attentats du milieu des années 2010, et dans un contexte de crises successives, l’Etat semble attendre chaque jour davantage des professionnels de la sécurité, sans – et ce sont les acteurs du secteur eux-mêmes qui l’affirment – voir en eux un véritable outil de prolongation de la sécurité publique.

Renforcement des contrôles notamment en termes de formation des agents et de fiabilité économique des entreprises, création d’un véritable statut pour les entreprises et les professionnels du secteur,… sont autant d’aspirations des entreprises les plus sérieuses du secteurs apparaissant désormais indispensables à la professionnalisation d’un secteur qui ne demande qu’à offrir les meilleures conditions d’exercice à ses agents et à ses clients.

Rencontre avec le président du nouveau groupement des Entreprises de la Sécurité privée, Frédéric Gauthey.

INTERVIEW DU PRÉSIDENT DU GES DANS INFORMATIONS ENTREPRISES

dimanche 4 octobre 2020

 

Ouverture du 70e cycle "intelligence économique et stratégique"

Vendredi 2 octobre 2020

Ce vendredi 2 octobre 2020 a débuté le 70e cycle intelligence économique et stratégique (IES). Le cycle a été ouvert par monsieur le Préfet Denis Conus, directeur adjoint de l'IHEDN.

IHEDN | Intervention de monsieur le Préfet Denis Conus, directeur adjoint de l'IHEDN
IHEDN | Intervention de monsieur le Préfet Denis Conus, directeur adjoint de l'IHEDN
 

L'intervention d'ouverture sur l'intelligence économique et stratégique a été donnée par Monsieur Bernard Besson. La politique publique de sécurité nationale et territoriale a été présentée à la fois par le service de l'information stratégique et de la sécurité économique (SISSE) du Ministère de l'économie et des finances, ainsi que par le Ministère de l'Intérieur. Les participants du cycle IES vont pendant 7 jours, soit 49 heures de cours, suivre des enseignements sur la veille, la valorisation de l'information stratégique, la cybersécurité, les enjeux de la transformation numérique des organisations, la sécurité économique, les stratégies d'influence mais aussi le dispositif de contrôle des investissements étrangers en France. Ils travailleront également sur la lutte contre la corruption, la compliance et sur la sécurité et sureté globale des entreprises.

samedi 3 octobre 2020

Projet de loi de finances des Armées 2021 - LPM année 3

En 2021, le budget des armées est porté à 39,2 milliards d’euros, soit 1,7 milliard d’euros de plus qu'en 2020, conformément à la loi de programmation militaire. Le projet de loi de finances 2021 des Armées présente ainsi un budget en hausse de 4,5 % par rapport au budget 2020. Montée en puissance des équipements majeurs, soutien à l’économie française et au dynamisme de nos territoires, effort d'investissement pour soutenir l'innovation, recrutement, plan Famille : tour d’horizon des grandes lignes du budget des Armées pour l’an prochain.

A télécharger ici.


vendredi 2 octobre 2020

Premiers gendarmes mobiles féminins en « Opex » sur le territoire irakien

 

© EGM Aurillac

De fin avril à début août dernier, Marine et Roxane, deux militaires de l’escadron de gendarmerie mobile d’Aurillac, ont été projetées en Irak avec leur peloton. Premiers gendarmes féminins en mission Opex de trois mois sur ce territoire, elles livrent leur regard sur ce séjour, d’autant plus particulier que l’épidémie de Covid les aura totalement confinées au sein de l’ambassade. Récit.

Située dans la zone classée rouge de Bagdad, l’ambassade de France en Irak est placée sous la coupe d’un dispositif de sécurité renforcé, confié à un détachement de gendarmerie. Sous la responsabilité de la sécurité-protection du GIGN et composé de militaires du GIGN, de Techniciens d’escorte d’autorité et de sécurisation de site (TEASS) et de Gendarmes mobiles (G.M.), détachés sur place pour une durée de trois mois, celui-ci assure ainsi la protection des diplomates, des divers agents de l’ambassade et des emprises françaises.

Au regard du risque d’attentat prégnant et des tirs fréquents dans les environs proches, la vie sur cette emprise a déjà, en temps normal, des airs de confinement, que la pandémie de Covid-19 est venue accentuer. C’est dans ce contexte particulier qu’un peloton de l’Escadron de gendarmerie mobile (EGM) d’Aurillac a été projeté à Bagdad de fin avril à début août dernier. Particulier aussi, au regard de la présence, pour la première fois sur le sol irakien, de deux gendarmes mobiles féminins : Marine et Roxane.

De leur désignation à leur retour en France, en passant par leur arrivée à l’aéroport de Bagdad, la perception de leur paquetage, leur formation in situ par le GIGN et l’accomplissement de leurs différentes missions, les deux militaires reviennent sur leur expérience au sein de cette ambassade, qu’elles n’auront pas quittée durant tout un trimestre. En effet, levées partiellement pendant un temps, les mesures de confinement ont été reconduites au regard de la forte augmentation du nombre de personnes infectées dans la capitale irakienne. (...)

(lire la suite sur GEND'INFO)

jeudi 1 octobre 2020

Les jeunes-IHEDN aux commandes des caméras et micros

Le Général Thierry Burkhard, chef d’état-major de l'armée de Terre, nous présente son métier et les défis à venir pour l'armée de Terre dans notre dernier DROP  : un interview rythmé et décalé avec des personnalités et autorités liées aux questions de défense et de sécurité.  



mercredi 30 septembre 2020

Et hop, encore un projet lyonnais qui part à la capitale

La cybersécurité française s’installe à la Défense

INFO LE FIGARO - L’objectif est de rassembler en un même lieu l’élite de l’expertise française en la matière.


L’immeuble Eria et le Campus cyber à la Défense.
L’immeuble Eria et le Campus cyber à la Défense. Crédit : Eria/DCIM

Le Campus cyber français prendra ses quartiers à la Défense, plus précisément dans les 26.000 mètres carrés de l’immeuble Eria. Inspiré du CyberSpark israélien, ce lieu vise à rassembler en un même lieu la crème de l’expertise française en matière de cybersécurité, qu’elle vienne du secteur privé et du secteur public.

Quelque mille personnes venues de groupes privés comme Thales, Atos, Orange, Capgemini, d’agences de l’État comme l’Anssi, du monde de la recherche, des start-up, des centres de formation s’y installeront à partir du mois de septembre 2021. Objectif : faire travailler sur des projets communs un écosystème français de la cybersécurité encore trop fragmenté. Il s’agit à la fois d’être plus fort en travaillant ensemble face aux menaces grandissantes et d’assurer un meilleur rayonnement à l’international du savoir-faire tricolore en la matière. L’immeuble sera d’ailleurs lui-même un lieu vitrine des meilleures technologies françaises dès l’accès au bâtiment.

Susciter des vocations

«Nous voulons pouvoir montrer tout le côté positif de la cybersécurité, trop souvent réduite à son caractère anxiogène», insiste Michel Van Den Berghe, directeur général d’Orange Cyberdéfense et architecte de ce projet. Il s’agit aussi de susciter des vocations dans une filière très en demande. Dans un second temps, un autre site de taille équivalente ouvrira sur le plateau de Satory, à Versailles, pour pouvoir travailler sur des projets plus gourmands en espace comme la sécurité des véhicules connectés, des drones ou des chaînes de montage. L’État a fait de la cybersécurité un axe prioritaire du volet numérique de son plan de relance. Un plan cybersécurité avec des engagements financiers forts doit être présenté par Emmanuel Macron d’ici à la fin du mois d’octobre.

mardi 29 septembre 2020

Nouvelles des Forces



Brest. Un nouveau patron pour les forces sous-marines..

La brochure "Chiffres clés de la Défense - 2020" est à télécharger ici.

*
*     *

photo l’amiral commandant les forces sous-marines et la force océanique stratégique (alfost) est le vice-amiral d’escadre jean-philippe chaineau. © dr/marine nationale/pm olivier lecomte

L’amiral commandant les forces sous-marines et la force océanique stratégique (Alfost) est le vice-amiral d’escadre Jean-Philippe Chaineau.© DR/MARINE NATIONALE/PM OLIVIER LECOMTE

Marié et père de deux enfants, âgé de 57 ans, le vice-amiral d’escadre Jean-Philippe Chaineau est, depuis le 1er septembre 2020, le nouvel amiral commandant les forces sous-marines et la force océanique stratégique (Alfost). Il succède, dans cette fonction, à l’amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, nommé inspecteur général des armées marine (Igam).

25 000 heures de plongée

Admis à l’École navale en 1982, Jean Philippe Chaineau s’est rapidement spécialisé dans la lutte sous la mer. Breveté atomicien de l’école des applications militaires de l’énergie atomique de Cherbourg, l’amiral a passé la majeure partie de sa carrière au sein des forces sous-marines, au service de la dissuasion nucléaire, totalisant plus de 25 000 heures de plongée.

À la mer, il a commandé le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Saphir puis le sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Triomphant. À l’état-major d’Alfost, il a commandé successivement les postes de sous-chef d’état-major « opérations » puis de chef d’état-major.

Programme des nouveaux SNA

Admis à la 7e promotion du Collège Interarmées de Défense puis affecté à l’État-major de la Marine nationale en qualité d’officier de programme des nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque, l’amiral Chaineau a également été sous-directeur de la délégation aux affaires stratégiques, chargé du « Contrôle et de la lutte contre la prolifération ».

Auditeur (58e session) du centre des hautes études militaires et de l’Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN), il a été nommé contre-amiral en 2014, occupant le poste de sous-chef d’état-major « Plans et programmes » à l’État-major de la Marine.

(Ouest-France)


*
*     *


Les forces spéciales de l’armée de l’Air & de l’Espace désormais réunies au sein d’une brigade dédiée


SCORPION : Le ministère des Armées commande un second lot de blindés Griffon et Jaguar