Affichage des articles dont le libellé est Marine. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Marine. Afficher tous les articles

mardi 27 octobre 2020

Le Charles de Gaulle. Immersion à bord du porte-avions nucléaire

Raynal Pellicer a passé dix-huit jours à bord du Charles de Gaulle. Il était accompagné du dessinateur Titwane. Ensemble, ils livrent un reportage de 200 pages d’une justesse éblouissante. A la rencontre des hommes et des femmes du porte-avions, sans distinction de grade, ni tabou.

Lire l'article complet sur AEROBUZZ ; par GIL ROY

mercredi 19 août 2020

L’amiral Pierre Vandier sera le prochain chef d’état-major de la Marine nationale

samedi 27 juin 2020

Une newsletter spéciale Marine nationale en région

Vous pourrez retrouver quelques-unes de nos actualités, quelques anecdotes sur notre institution et les coordonnées de vos différents interlocuteurs :




mercredi 29 avril 2020

Conférence en ligne demain en fin de journée


Chères amies, chers amis auditeurs de l'IHEDN, membres associés et sympathisants

Vous trouverez ici l'annonce de la prochaine conférence confinée de l'AR Dauphiné-Savoies, jeudi 30 avril, qui recevra l'amirale Anne Cullerre qui nous entretiendra de "La France, championne des nations maritimes".



Pour vous inscrire : 

dimanche 15 septembre 2019

Repas dansant de la Marine à Meyzieu le 12 octobre

L'Amicale des Anciens Marins de Lyon et Région vous convie à son repas dansant de la Marine 2019 qui se déroulera, comme chaque année, à Meyzieu le samedi soir 12 octobre 2019.
Vous trouverez, en pièce jointe, le détail de cette soirée qui est ouverte à tous.
Pensez à en informer vos amis ainsi que les Adhérents de vos Associations.
Les réservations sont d'ores-et-déjà ouvertes et vous pouvez transmettre la vôtre dès maintenant.
Une agréable soirée bien conviviale avec ambiance assurée vous attend.
Vous souhaitez plus de renseignements, nous sommes là pour y répondre.
La date butoir concernant les réservations est le 7 octobre 2019.


mercredi 14 août 2019

Suffren: gros plan sur le nouveau SNA français

Lu pour vous dans Mer & Marine



Suffren: gros plan sur le nouveau SNA françaisABONNÉS

 REPORTAGE


« Dans ce jeu, il n’y a pas de médaille d’argent. Face aux adversaires il faut gagner et donc être le meilleur ». A Cherbourg, le 12 juillet, le chef d’état-major de la Marine nationale répond en conférence de presse à une question sur la valeur des nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque du type Barracuda par rapport à leurs homologues étrangers les plus performants. L’amiral Christophe Prazuck, qui a servi dans les années 80 au sein des forces sous-marines françaises puis dans les années 90 sur frégate ASM, en est persuadé et l’affirme. Avec le Suffren, qui sera mis à l’eau dans les jours qui viennent en vue d’une livraison à l’été 2020, puis ses cinq sisterships appelés à rallier la flotte d’ici 2029, la France va disposer et pour longtemps de bâtiments au top niveau mondial. « Quand on a demandé à DGA ce que nous voulions pour remplir nos missions, nous avons évidemment demandé le meilleur. Et non seulement on a réclamé le meilleur, mais nous avons aussi voulu le meilleur de ce qui se fera encore dans quarante ans ».

L'amiral Prazuck avec l'amiral Rogel et le général Lecointre à Cherbourg le 12 juillet (© MER ET MARINE - VG)L'amiral Prazuck avec l'amiral Rogel et le général Lecointre à Cherbourg le 12 juillet (© MER ET MARINE - VG)
Pendant la cérémonie d'inauguration du Suffren le 12 juillet (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Pendant la cérémonie d'inauguration du Suffren le 12 juillet (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)Pendant la cérémonie d'inauguration du Suffren le 12 juillet (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Evolution technologique constante
Car évidemment, si le programme Barracuda a débuté en 1998 et sa commande fut notifiée aux industriels en 2006, rien n’est resté figé depuis. Comme tous les grands programmes militaires de long terme, la conception de ces nouveaux sous-marins est basée sur une architecture évolutive. Elle a ainsi anticipé des développements futurs et intégré au fil des années des améliorations et évolutions technologiques. Et ce sera encore le cas à l’avenir, des nouveautés étant déjà prévues pour les prochains SNA de la série, des études et réflexions étant par ailleurs en cours pour d’autres améliorations. « Il faut réfléchir aux évolutions jusqu’en 2060, sachant que le dernier commandant du Suffren n’est pas encore né et ses parents ne se sont peut-être même pas encore rencontrés ! », sourit l’amiral Prazuck. Si la technologie évolue désormais très vite, la taille plus importante des Barracuda par rapport à leurs aînés et la forte digitalisation des systèmes de ces sous-marins facilitera la mise à niveau des équipements et l’intégration de nouveaux dispositifs pendant toute leur durée de vie.
Le Suffren sur les marcheurs l'ayant transporté du chantier Laubeuf au DME (© REUTERS)Le Suffren sur les marcheurs l'ayant transporté du chantier Laubeuf au DME (© REUTERS)
« Une prouesse industrielle et technologique »
La conception, la construction et l’évolution de tels outils s’inscrit dans le « temps long », a rappelé le 12 juillet, lors de l’inauguration du Suffren à Cherbourg, le président de la République, qui est le cinquième locataire de l’Elysée depuis le début du programme. C’est en effet François Mitterrand qui a pris les premières décisions relatives aux Barracuda puis Jacques Chirac qui a lancé la commande de ces SNA, dont la construction s’est poursuivie sous les mandats de Nicolas Sarkozy et François Hollande. « Ces sous-marins sont une prouesse industrielle et technologique », a souligné Emmanuel Macron devant les salariés du site Naval Group de Cherbourg et les autres partenaires industriels du programme. Le sous-marin nucléaire est en effet, et de loin, l’objet le plus complexe réalisé par l’homme. Bien avant un avion de chasse, une fusée spatiale ou la plus innovant des véhicules. Mais cela va plus loin que le tour de force technique, a rappelé le président : « Ce ne sont pas seulement des sous-marins. Ce que vous construisez, c’est l’indépendance de la France, notre souveraineté, notre liberté d’action, notre statut même de grande puissance ». Emmanuel Macron l’a souligné, « seuls quatre pays dans le monde en sont capables en toute autonomie ». Ces nations, ce sont les Etats-Unis, la Russie, la France et la Chine. Le Royaume-Uni dispose certes lui aussi de sous-marins nucléaires, SNA et SNLE, mais il dépend des Américains pour ses missiles balistiques et certaines technologies des réacteurs embarqués. Le club est néanmoins en train de s’élargir, l’Inde mettant au point ses premiers sous-marins à propulsion nucléaire alors que le Brésil compte lancer dans les années qui viennent la construction d’un SNA.

L’arme sous-marine en plein essor dans le monde
Cela, alors que la menace sous-marine ne cesse de croître, et on ne parle pas uniquement du regain d’activité de la flotte russe, qui a retrouvé son niveau de la guerre froide et se déploie non seulement en Atlantique mais se renforce aussi en Méditerranée, obligeant les marines occidentales, à commencer par celle de la France, à une vigilance accrue. Ni de la flotte chinoise, qui connait une croissance considérable et envoie ses sous-marins régulièrement en océan Indien, en attendant de progresser plus à l’ouest où ses bâtiments de surface sont déjà presque omniprésents, jusque dans les approches européennes. La problématique est en réalité globale car le nombre de sous-marins et de pays qui en sont dotés ne cesse de croître. Plus de 450 sont désormais en service dans le monde, dont environ 70 unités côtières et mini-sous-marins, 250 bâtiments hauturiers à propulsion conventionnelle et 130 sous-marins nucléaires.Considérée comme stratégique pour défendre les intérêts maritimes d’un pays, l’arme sous-marine est en plein essor, des programmes portant sur une centaine de nouveaux bateaux étant actuellement dénombrés. En cinq ans seulement, le nombre de sous-marins en service a progressé de 6%. Aujourd’hui, une marine sur cinq en aligne et cette tendance va s’amplifier avec l’accession de nouvelles nations à cette capacité, comme dernièrement le Vietnam. Cette prolifération s’accompagne en outre du développement de nouvelles technologies rendant les sous-marins conventionnels beaucoup plus performants. C’est le cas en particulier de la propulsion anaérobie (Air Independent Propulsion – AIP), qui permet d’accroître significativement l’autonomie en plongée et donc de solutionner une contrainte majeure : l’obligation de revenir très régulièrement vers la surface pour faire tourner les moteurs diesels afin de recharger les batteries utilisées en immersion. Des périodes d’indiscrétion pendant lesquelles les bâtiments sont vulnérables.
(© NAVAL GROUP)

vendredi 19 juillet 2019

Le Suffren, nouveau sous-marin nucléaire français, prend la mer.

Lu pour vous sur BFM TV.


Son nom : le Suffren. Sa mission: protéger le porte-avions Charles de Gaulle en détectant les sous-marins adverses et faire du renseignement. Son atout: il est quasiment indétectable. Ce sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire est un événement pour la Marine Nationale. Il est inauguré vendredi 12 juillet à Cherbourg par Emmanuel Macron et la ministre des Armées Florence Parly.

Le Suffren inaugure la classe Barracuda, la nouvelle génération de sous-marins à propulsion nucléaire qui remplacera les sous-marins Rubis mis en service entre 1976 et 1990. Le coût de ce programme atteint 9 milliards d'euros. La Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 prévoit la livraison de six Barracuda d'ici 2030Sous marin Barracuda


Une base secrète immergée

Lors d'une conférence de presse, le capitaine de vaisseau Bertrand Dumoulin, sous-marinier et chef du SIRPA de la Marine Nationale, a précisé les trois principales missions de la série Suffren: "protéger nos sous-marins nucléaires français lanceurs d'engins (SNLE) en détectant des adversaires dans nos zones d'intérêts ou de crise, capter discrètement des renseignements et escorter des bâtiments précieux",  à commencer par le Charles de Gaulle.
Barracuda

Ces nouveaux submersibles sont un concentré d'innovations. Plus grands (99 mètres contre 76 mètres) et plus lourds (5300 tonnes contre 2600 tonnes), ils sont capables de plonger à 350 mètres de profondeur pendant 70 jours contre 45 pour les Rubis. A bord, ils peuvent accueillir un équipage de 65 sous-mariniers. Pour la première fois il y aura des femmes à bord. Le sous-marin est plus grand et l'équipage moins important que les Rubis a permis de créer des espaces dédiés aux sous-marinières. Le commandement a été confié au capitaine de frégate Axel Roche.

Le Suffren fait entrer la Marine nationale dans une nouvelle forme de combat. Il dispose d'un hangar de pont amovible pour les nageurs de combat. "Nous sommes les seuls à en disposer avec les Américains et les Britanniques", signale le capitaine de vaisseau. Cette base secrète immergée est dédiée aux nageurs de combat. Ils l'utiliseront pour faire partir des drones et aller en missions avec des mini sous-marins PSM3G. Ces engins ont été imaginés par le commando Hubert.

L'autre point fort des Barracuda est qu'ils sont presque indétectables. Le son qu'ils émettent équivaut à celui d'un "banc de crevettes", selon l'expression utilisée par les responsables du projet. "Cela leur donne l'avantage acoustique", indique le capitaine Dumoulin. 
Côté armement, le Suffren n'est pas équipé de missile nucléaire, comme les SLNE qu'il doit protéger. Il transporte 50% d’armes en plus que les Rubis. Il dispose de missiles de croisière, de la future torpille lourde F21 et du missile antinavire SM 39. Le Suffren peut tirer quatre missiles en une seule salve à une portée de 1000 km.
Le nouveau sous-marin sera mis à l’eau cet été et débutera les essais en mer au 1er trimestre 2020 pour arriver à Toulon, son port d'attache, avant l’été. Les cinq autres, Outre le Suffren, le Duguay-Trouin, le Tourville et le De Grasse doivent être livrés d'ici à 2025. Viendront ensuite le Rubis et le Casabianca qui arriveront d'ici à 2030. 

samedi 6 juillet 2019

Le kit complet de sensibilisation aux risques numériques est disponible !

Opérateur du dispositif national Cybermalveillance.gouv.fr, le Groupement d’Intérêt Public (GIP) ACYMA publie ce 13 juin 2019 la version complète de son kit de sensibilisation aux risques numériques.

Un an après la sortie du 1er volet, le kit de sensibilisation s’enrichit de cinq nouveaux thèmes et de quatre nouveaux formats, dans un graphisme totalement repensé et des contenus accessibles à tous.

Fruit d’une collaboration menée depuis plusieurs mois entre institutions publiques, organismes privés et associations membres du GIP, et avec la contribution d’utilisateurs pour déterminer les sujets et types de contenus à développer, cet outil s’adresse à tous les publics, que ce soit dans leurs usages professionnels ou personnels et quelles que soient leurs connaissances en sécurité du numérique.


Le kit de sensibilisation aborde neuf thèmes, déclinés en différents supports : fiches pratiques, vidéos, mémos, mais aussi – et c’est l’une des nouveautés – des formats interactifs et ludiques : une bande dessinée, un poster, un quiz et, pour la version papier, des autocollants.

Dans la forme comme sur le fond, le kit répond aux attentes des publics et présente une véritable boîte à outils sur des sujets d’actualité et de leur quotidien.
Pour rappel, les objectifs du kit de sensibilisation :

Avec la recrudescence des cyber-attaques envers les particuliers et les professionnels, le kit vise à sensibiliser et à partager les bonnes pratiques dans les usages personnels et, de manière vertueuse, à améliorer les usages dans le cadre professionnel.
Contenu du kit :

Six fiches pour adopter les bonnes pratiques :
  1. – Les mots de passe,
  2. – La sécurité sur les réseaux sociaux,
  3. – La sécurité des appareils mobiles,
  4. – Les sauvegardes,
  5. – Les mises à jour,
  6. – La sécurité des usages pro-perso.

Trois fiches pour comprendre les risques et agir :
  1. – L’hameçonnage (ou phishing en anglais)
  2. – Les rançongiciels (ou ransomware en anglais)
  3. – L’arnaque au faux support technique
La nouveauté de ce volet complet réside également dans l’intégration de nouveaux formats adaptés à tous les publics :

– Huit vidéos avec mises en situation et exemples,
– Un quiz pour tester ses connaissances,
– Une bande dessinée sur le thème « la sécurité sur les réseaux sociaux »,
– Neuf mémos sur les thèmes du kit,
– Une synthèse des mémos au format poster (A2),
– Des autocollants déclinés de la bande dessinée pour la version papier du kit.

Cette diversité de contenus et de supports contribue à la sensibilisation du plus grand nombre et permet ainsi au dispositif de répondre à sa mission de service public.
Mise à disposition du kit

Diffusés sous une licence ouverte (Etalab 2.0) pour en permettre la plus large diffusion, adaptation et réutilisation, les contenus ont été pensés pour être utilisés directement, pour servir de support à des actions de formation ou pour être intégrés à des initiatives déjà en place ou à venir.

« En complément des outils techniques nécessaires pour se protéger, la sensibilisation de chacun est indispensable afin d’évoluer de manière sécurisée dans notre monde de plus en plus connecté. Nous avons donc identifié, avec l’aide de nos membres publics et privés, les menaces que nos concitoyens rencontrent au quotidien afin d’expliquer les bonnes pratiques pour s’en protéger, et ce de manière pragmatique et ludique. Le choix fort de la licence ouverte permet par ailleurs à chacun d’adapter le contenu à son environnement spécifique. » déclare Jérôme Notin, Directeur général du dispositif Cybermalveillance.gouv.fr.

La version complète du kit de sensibilisation aux risques numériques est téléchargeable à l’adresse ci dessous

Christophe REVILLE
prestataire référencé

samedi 25 mai 2019

LE JOURNAL DE LA DÉFENSE

Charles de Gaulle, un porte-avions modernisé



Embarquement à bord du porte-avions Charles de Gaulle. 
Après 18 mois de travaux, les marins ont réinvesti le bâtiment et pris en main les innovations indispensables pour faire face aux menaces futures. Désormais, il abrite tous les équipements nécessaires au combat moderne.
Quelles sont les nouveautés et en quoi ont-elles modifié la pratique de certains métiers du bord ? Quel est l´impact sur les capacités opérationnelles du Charles ? Préparez-vous à découvrir les coulisses du plus imposant navire de guerre français, armé en opération par 1900 marins !

lundi 14 janvier 2019

Notre association des auditeurs IHEDN Région lyonnaise adresse ses plus sincères félicitations pour la nomination de Monsieur Jean-Luc LOGEL, Capitaine de Frégate (R), Président de l’Association des Officiers de Réserve de la région lyonnaise, Président du cluster EDEN - fédération des PME de Défense,  au grade de Chevalier de la LEGION d’HONNEUR,



en récompense de décennies d’action, de bénévolat et de dévouement en faveur des Réserves et de l’Industrie de Défense.




(crédit photo : Mer et Marine / Eden Cluster)

mercredi 31 octobre 2018

Bal de la Marine

L'Amicale des Anciens Marins de Lyon organise le Bal de la Marine le samedi 3 novembre 2018 à la salle Poperen à Meyzieu et vous y êtes cordialement invités.

dimanche 20 mai 2018

SOMMAIRE des Numéros 58 et 59 des 7 et 14 mai 2018

BILLET: 
- SYRIE : l’Opération HAMILTON, une réussite militaire française ? Par René Occhiminuti
DÉCLARATION DE GUERRE AU FINANCEMENT DU TERRORISME, Richard Labévière
FOCUS:
- La Marine Nationale, cap sur 2040 Pierre Versaille
- TRACFIN Capitaine de frégate (H) Joseph Le Gall 
SNU. Le débat sur le service national universel : Entre volontarisme politique et représentations collectives brouillées.  Bénédicte CHÉRON
HUMEURS:
EUROPE: la leçon Macron Jean Dominique Giuliani
L’EUROPE NE DOIT PAS SE SUBSTITUER AUX ETATS-UNIS AU MOYEN ORIENT  Patrick Toussaint
REVUE de PRESSE
GÉOPOLITIQUES
1- Accord nucléaire iranien : les sanctions américaines et la désillusion des entreprises étrangères ( IRIS, le point de vue de Sylvie Matelly) 
2-  Sahara occidental : l’offensive du Maroc contre l’Iran…et l’Union européenne (Orient XXI, Khadija Mohsen-Finan) 
3- Israël, entre ombres et lumière (Les Echos, Dominique Moïsi) 
DEFENSE..
1- Lynx : fin du mandat Lynx 3 pour les militaires français de la force de présence avancée renforcée (Défense, EMA) 
2-  L’Estonie dans l’opération Barkhane (DICOD communiqué) 
3- Le jeu des entités opportunistes illégales ( Diploweb, Patrice Gourdin) 
ÉCONOMIE..
1- Comment l’élite chinoise au pouvoir voit-elle la Chine, les Etats-Unis et le monde ? (Le Nouvel économiste, Martin Wolf) 
2- Macron appelle l’Allemagne à sortir du « fétichisme des excédents budgétaires » (La Tribune, AFP) 
3-  Nouvelle économie : les licornes chinoises ne sont pas une chimère (La Croix, avec AFP) 

BONNE LECTURE sur ESPRITSURCOUF.fr https://espritsurcouf.fr/

 

samedi 13 janvier 2018

L’ACORAM organise, le samedi 27 janvier 2018, une conférence qui sera donnée par le CV (R) Hervé BOY et qui aura pour thème :

« Les innovations à bord des navires de combat
de Naval Group et leurs conséquences
pour la Marine Nationale ».



Elle aura lieu à 11 heures dans les salons au premier étage du Cercle Bellecour, Quartier Général Frère.

Si vous souhaitez y participer, merci de prévenir par mail, Christian Guglielmi : christianguglielmi2@orange.fr  

mardi 12 décembre 2017

session nationale "Enjeux et stratégies maritimes".


L’Institut des hautes études de défense nationale organise, du 28 septembre 2018 au 7 juin 2019, la 4e session nationale "Enjeux et stratégies maritimes".



Cette formation dispensée en 7 séminaires de 2 jours (vendredi et samedi) est complétée par 2 missions d’étude hors métropole "Europe" et "Monde", respectivement de 3 et 5 jours.
Elle regroupe une trentaine d’auditeurs : hauts fonctionnaires (civils et militaires), décideurs représentatifs des différents secteurs économiques liés aux grands enjeux maritimes. (Publication au Journal officiel et statut d’auditeur de l’IHEDN)
Linstitut serait sensible à la participation d’un ou de plusieurs de vos collaborateurs de haut niveau à cette session nationale, selon sa personnalité, ses responsabilités et vos objectifs propres.

Les candidats proposés doivent être en mesure de s’investir pleinement et de participer de manière active et assidue à l’ensemble des activités de la session nationale. La nécessité de garantir leur disponibilité à l’ensemble des activités de la session est à souligner.

Plus d'informations
Le dossier de candidature est disponible sur le site internet de l’IHEDN
"Nos formations / Sessions nationales" 
Date limite d’inscription, le 31 mars 2018
Tél. : 01 44 42 47 06 - florence.andre@ihedn.fr pour tout complément d’information.

lundi 18 septembre 2017

jeudi 9 mars 2017

Cérémonies marquant le 10éme anniversaire de la Préparation Militaire Marine de Villefranche sur Saône ainsi que son parrainage par la Flottille Amphibie

Ces cérémonies se tiendront le samedi 11 mars à 10h30 à Villefranche et seront présidées par le vice amiral d'escadre Charles-Henri de La Faverie du Ché, commandant la zone et l'arrondissement maritime Méditerranée, Préfet maritime de la Méditerranée.

M. le député-maire de Villefranche et l'amiral inaugureront à cette occasion une ancre de Marine, provenant du  cuirassier Provence et installée face à l'Hôtel de Ville,  rappelant ainsi le lien fort qui unit la Marine à la région de Villefranche,  depuis Charles Pierre Claret de Fleurieu, explorateur, hydrographe et ministre de la Marine de Louis XVI, dont la PMM porte le nom.